aisne.com
PRESENTATION BATAILLES REGIMENTS CIMETIERES MONUMENTS ACTUALITES DOCUMENTS DOSSIERS
Voir la carte animée de la bataille
LA BATAILLE DE LA MALMAISON (23 - 25 octobre 1917)

L’offensive qui commence le mercredi 23 octobre 1917 à 5h 15 du matin illustre la nouvelle stratégie définie par le général Pétain et qui consiste à mener des opérations à objectifs limités.

L’offensive est menée sur un front de 12 kilomètres entre Ostel et Vauxaillon par les trois corps d’armée de la VIe Armée commandée par le général Maistre : le 14e Corps d’armée (général Marjoulet), le 21e Corps d’armée (général Degoutte) et le 11e Corps d’armée (général Maudhuy).

L’attaque de l’infanterie a été précédée du 17 au 23 octobre par une intense préparation d’artillerie (3 millions d’obus tirés, soit plus de la moitié des projectiles tirés avant l’offensive Nivelle sur un front 3 fois plus long). Les chars d’assaut (48 Schneider et 20 Saint-Chamond) sont à nouveau engagés pour appuyer les fantassins, mais avec des résultats plus concluants qu’en avril et en mai. 

 
 vue aérienne du fort de la Malmaison en 1917
Vue aérienne du fort de la Malmaison
le 22 septembre 1917
Archives Départementales de l'Aisne - Fonds De Buttet J 2631

Avant 6 h 30, le fort de La Malmaison est pris par un bataillon du 4e Zouaves: ce n’est plus depuis longtemps qu’un amas de ruines. Le 24, la progression se poursuit du côté de Vauxaillon. Le 25, l’Ailette est atteinte au nord de Pargny et de Filain. Les Allemands préfèrent alors abandonner les positions qu’ils occupent encore sur le plateau du Chemin des Dames, à l’est de la ferme de la Royère et jusqu’à Craonne. Dans la nuit du 1er au 2 novembre, ils se replient au nord de l’Ailette, sur les hauteurs qui dominent Laon.
 

Les résultats de l’offensive ont été largement médiatisés par la presse et les actualités du cinéma aux armées qui montrent avec complaisance les canons pris à l’ennemi et les nombreux Allemands faits prisonniers. Comme si l’on voulait dire : enfin une victoire au Chemin des Dames !

L’offensive de La Malmaison est présentée comme le contraire de l’offensive Nivelle du mois d’avril. Elle conforte l’image de Pétain économe de la vie des soldats. Les pertes de la VIe Armée française entre le 15 octobre et le 30 novembre s’élèvent à 4 329 tués, 20 225 blessés et 1 953 disparus.


Les régiments qui ont participé à cette bataille  

           
Mentions légales - CNIL - Crédits
Crédits photographiques
Aide espace contributeurs